Les mousses de savon : comment absorber de l’énergie avec de l’eau, de l’air et un peu de surfactant ?

Par Isabelle Cantat, Lundi 17 octobre 2011, 10:45-12:15

Les mousses sont de bons milieux absorbants : pour une même déformation, effectuée à la même vitesse, la quantité d’énergie dissipée dans une mousse est supérieure de plusieurs ordres de grandeur à celle dissipée dans les mêmes conditions dans ses constituants pris séparément : l’air ou la solution moussante. Cette capacité à dissiper de l’énergie peut se quantifier par une viscosité effective, définie comme la contrainte appliquée divisée par le taux de cisaillement. Néanmoins les modes dissipatifs locaux sollicités lors de l’écoulement ne sont pour l’instant pas bien identifiés. Des expériences à l’échelle de quelques bulles ou à une échelle plus large permettent d’apporter des éléments de réponse.

Retour au programme de l’école 2011

Mis en ligne le samedi 9 juillet 2011